Chanson pour l'auvergnat – Georges Brassens – traduzione e testo canzone

Ecco la traduzione della canzone “Chanson pour l’auvergnat di Georges Brassens” col testo francese a fronte per facilitarne la comprensione:

Elle est à toi cette chanson

È per te questa canzone

Toi l´auvergnat qui sans façon

tu, l’auvergnat che senza ragione

M´as donné quatre bouts de bois

mi ha donato quattro pezzi di legno

Quand dans ma vie il faisait froid

quando nella mia vita faceva freddo

Toi qui m´as donné du feu quand

Tu che mi hai donato del fuoco quando

Les croquantes et les croquants

uomini e donne senza valore*

Tous les gens bien intentionnés

tutta gente ben intenzionata

M´avaient fermé la porte au nez

mi avevano sbattuto la porta sul naso

Ce n´était rien qu´un feu de bois

non era che un fuocherello

Mais il m´avait chauffé le corps

ma mi riscaldò il corpo

Et dans mon âme il brûle encore

e nella mia anima brucia ancora

A la manièr´ d´un feu de joie

come un fuoco di gioia

Toi l´auvergnat quand tu mourras

Tu, Auvergnat, quando morrai,

Quand le croqu´mort t´emportera

quando il becchino ti porterà

Qu´il te conduise à travers ciel

che ti conduca, attraverso il cielo,

Au père éternel

al padre eterno

Elle est à toi cette chanson

È dedicata a te questa canzone

Toi l´hôtesse qui sans façon

tu ostessa che senza ragione

M´as donné quatre bouts de pain

mi hai donato quattro pezzi di pane

Quand dans ma vie il faisait faim

quando, nella mia vita, c’era la fame

Toi qui m´ouvris ta huche quand

tu che mi apristi la tua madia quando

Les croquantes et les croquants

uomini e donne senza valore

Tous les gens bien intentionnés

tutta gente ben intenzionata

S´amusaient à me voir jeûner

si divertiva a vedermi digiunare

Ce n´était rien qu´un peu de pain

non era che un po di pane

Mais il m´avait chauffé le corps

ma mi ha scaldato il corpo

Et dans mon âme il brûle encore

e nella mia animia brucia ancora

A la manièr´ d´un grand festin

come un grande banchetto

Toi l´hôtesse quand tu mourras

Tu ostessa quando morrai

Quand le croqu´mort t´emportera

quando il becchino ti porterà

Qu´il te conduise à travers ciel

che ti conduca attraverso il cielo

Au père éternel

al padre eterno

Elle est à toi cette chanson

È per te questa canzone

Toi l´étranger qui sans façon

tu lo straniero che senza ragione

D´un air malheureux m´as souri

dall’aria dispiaciuta mi hai sorriso

Lorsque les gendarmes m´ont pris

quando i carabinieri mi hanno preso

Toi qui n´as pas applaudi quand

tu che non hai applaudito quando

Les croquantes et les croquants

uomini e donne senza valore

Tous les gens bien intentionnés

tutta gente ben intenzionata

Riaient de me voir emmener

rideva vedendomi ammanettato

Ce n´était rien qu´un peu de miel

non era che un po di miele

Mais il m´avait chauffé le corps

ma mi ha scaldato il cuore

Et dans mon âme il brûle encore

e nella mia anima brucia ancora

A la manièr´ d´un grand soleil

come un grande sole

Toi l´étranger quand tu mourras

Tu straniero quando morrai

Quand le croqu´mort t´emportera

quando il becchino ti porterà

Qu´il te conduise à travers ciel

che ti conduca attraverso il cielo

Au père éternel

al padre eterno

 

*Les croquantes et les croquants = i bifolchi e le bifolche

Qui il testo della canzone solamente in francese:

Elle est à toi cette chanson
Toi l´auvergnat qui sans façon
M´as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m´as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M´avaient fermé la porte au nez
Ce n´était rien qu´un feu de bois
Mais il m´avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr´ d´un feu de joie

Toi l´auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu´mort t´emportera
Qu´il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l´hôtesse qui sans façon
M´as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim
Toi qui m´ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S´amusaient à me voir jeûner
Ce n´était rien qu´un peu de pain
Mais il m´avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr´ d´un grand festin

Toi l´hôtesse quand tu mourras
Quand le croqu´mort t´emportera
Qu´il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Elle est à toi cette chanson
Toi l´étranger qui sans façon
D´un air malheureux m´as souri
Lorsque les gendarmes m´ont pris
Toi qui n´as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener
Ce n´était rien qu´un peu de miel
Mais il m´avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr´ d´un grand soleil

Toi l´étranger quand tu mourras
Quand le croqu´mort t´emportera
Qu´il te conduise à travers ciel
Au père éternel

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

*